Commentaires et recensions

Salut Pierre,

Comme promis, j’aimerais te livrer quelques commentaires qui sont ceux d’un bien modeste lecteur.

D’abord, j’ai découvert l’Érythrée que je ne connaissais que très peu. Ton livre décrit bien son histoire, son système politique et social, ses religions, ses coutumes et insiste avec pertinence sur sa dictature, les abus de la milice, le service militaire obligatoire à durée indéterminée, la délation, la torture et la crainte constante d’être arrêté. Bref, l’absence totale de liberté qui amène les jeunes à fuir leur pays et ainsi priver l’Érythrée d’une génération dynamique et d’un futur meilleur.

 

Le chapitre 17 résume bien ces problématiques alors que David Harvey accorde une entrevue à la journaliste d’Euronews.

J’ai aussi beaucoup appris sur la route des migrants, sur les camps de réfugiés (Shagarab), sur les passeurs corrompus, sur les attaques des Rashaïdas et leur commerce d’esclaves et demandes de rançon. Les chapitres 38-39 et 42 où la bande d’Abou ben Taleb torture ses otages dénoncent dramatiquement la sauvagerie de ces hommes sans scrupules.

Tout aussi sans scrupules, mais plus diplomatiques sont ces pays riches qui font appel dans l’indifférence générale à la Libye, le Soudan, l’Égypte, pour accomplir la sale besogne et bloquer les frontières aux migrants ou pire encore, les arrêter et les torturer avant de les retourner dans leur pays au péril de leur vie. Évidemment ces pays délinquants reçoivent de généreuses compensations pour leur contribution à « l’équilibre des migrations ».

Toutes ces choses que j’ai apprises en lisant tes lignes relèvent d’une recherche impressionnante.

 

Tous ces détails, toutes ces descriptions d’Asmara et de Khartoum, l’architecture, les mosquées, les marchés, les coutumes locales, le Sweet Caffe et le Samakna qui existent vraiment sur de vraies rues, font qu’on a l’impression d’y être, tellement c’est précis. Alors bravo... 

Enfin, l’histoire. J’ai beaucoup aimé la façon dont tu racontes la fuite de Yusef, Hanna et Khaleb, leur rencontre avec David Harvey et Cheik Mohammed et le terrible épisode d’Abou ben Taleb et que tu la mets en parallèle avec ce qui se passe à Asmara, Tekea qui tente de faire libérer sa mère, les pressions exercées sur elle par le préfet Weddi Issak et son subordonné Mebratu," les vendredis libres », l’intervention assidue de Robel sur Radio Erena, etc.

 

Une histoire bien ficelée.

 

Tu comprendras que j’ai passé un excellent moment à te lire.

Encore bravo.

 

Serge Rodier

D35A6525-2931-4FF3-BAF8-4B5D15D12DD4.png

Salut Pierre,

 

Merci pour ce roman. J’ai beaucoup aimé suivre le périple de Yusef, Hanna et Khaled. J’imagine toute la recherche que tu as dû faire pour ce récit. J’ai beaucoup aimé la structure et le vocabulaire. J’arrivais à imaginer les paysages que tu décris. J’ai lu comme un « page turner » sur plusieurs chapitres. J’ai également apprécié les quelques explications sur la géopolitique et l’influence du Vatican et autre ambassadeur. Les explications sont simples malgré la complexité des enjeux. Bref, la structure, le vocabulaire et toute l’intrigue (malheureusement réaliste) m’ont beaucoup plu. J’attends la suite.

 

Félicitations, ne lâche pas

Serge Landry  30 06 2021

Chaque soir avant de dormir, je suis Yusef Khaled et Hanna dans leur voyage. Quelle imagination tu as. Tous les détails nous mettent dans l'action comme si c'était au cinéma.

Je crois que ça ferait un bon film. 

 

Merci!

Luc Meilleur 12/06/2021

Pierre Laflamme est un écrivain remarquable,

son roman « LE SANG DES CAILLOUX »

a enthousiasmé notre jury.

Philippe Fuzelier

Président du Jury Fondcombe

L'ISLAM, LE DJIHAD ET TOUT LE BATACLAN

 par MARION TRANSETTI 

Le sang des cailloux de Pierre Laflamme est à mettre entre toutes les mains. Porté par une écriture efficace et une structure entraînante, ce livre apporte, en toute impartialité, des réponses aux nombreuses questions soulevées par l’islamisme qui trop souvent devient synonyme de terrorisme. 

Reposant sur un phénoménal travail de recherche, ce livre est un guide qui permet de découvrir et de mieux comprendre des peuples dont les croyances et les traditions sont ébranlées entraînant de cruels déchirements pour leurs membres. Sans jamais devenir moraliste, l’auteur nous rappelle finalement que l’essentiel, en tout temps et en toutes circonstances, est d’avoir l’esprit alerte. Ainsi, notre capacité de jugement et d’analyse demeure intacte limitant les endoctrinements néfastes et les passions destructrices. 

Une lecture dont la récente actualité nous rappelle l’urgence. Ce livre repose avant tout sur une réflexion poussée, sur la description de phénomènes humains très précis. Une grande sensibilité se dégage du texte et fait de ce livre un outil essentiel pour tout citoyen du monde actuel. Au présent, ce livre peut aider à mieux se comprendre, dans l’avenir, il sera le témoin d’une époque. C’est un véritable ouvrage de littérature selon mon humble avis et non un simple divertissement comme le genre thriller le laisse présager. 

MICHEL ROBERGE AUTEUR

BLOGUE LITTÉRAIRE POLARS & ROMANS NOIRS

 

UN THRILLER IMPRÉVISIBLE

Le sang des cailloux est le deuxième roman de Pierre Laflamme, un auteur québécois passionné par le Moyen-Orient. De prime abord, le sujet de cette fiction inspirée de faits vécus ne m’emballait pas. Avec une couverture de première plutôt dérangeante. Mais, dès la lecture des premiers chapitres, je n’ai pu décrocher de cette intrigue savamment construite.
L’auteur connaît très bien la société musulmane d’Égypte et nous la fait découvrir au gré des événements. Salafistes radicaux, corruption économique, trafic d’armes, enrôlement djihadiste, attentats, avec comme fond de décor la révolution égyptienne. Le lecteur est rapidement entraîné dans un récit qui repose sur une recherche impressionnante de la part de l’auteur. Celle d’un jeune Égyptien qui se laisse entraîner, malgré les bons enseignements de ses parents, par un adepte d’une certaine interprétation du Coran, dans une voie menant à la violence, et l’élimination des infidèles.
Le sang des cailloux, est à la fois un thriller dont la finale est imprévisible... et une histoire d’amour salvatrice qui contribue à une meilleure connaissance et compréhension des milieux islamiques et de l’influence de la religion omniprésente sur la famille, sur les tractations politiques, sur les collectivités parfois aux prises avec certaines contradictions de pensées et d’action.
Avec un style non complaisant, une écriture rigoureuse, un souci du détail dans les descriptions et dans les dialogues, Pierre Laflamme illustre la complexité d’un problème qui s’étend à l’échelle planétaire : la confrontation des valeurs et des croyances. D’autant plus, qu’avec les événements récents à Barcelone (attentat sur les Ramblas) et les liens qu’il établit avec un groupe de Canadiens magouilleurs, l’auteur inscrit sa fiction dans une réalité très contemporaine.
Une lecture que vous ne regretterez pas et qui alimentera très certainement votre réflexion sur un sujet aussi complet.
Ce que j’ai aimé : Le réalisme du récit par le choix et la psychologie des personnages la qualité des dialogues et les nombreuses descriptions qui campent le récit dans des temps et des lieux bien définis.

Le commentaire d'Hélène 

Allo Pierre. Après une petite absence de lecture, je me suis relancée dans le Sang des cailloux que j ai littéralement dévoré. J'ai adoré tant au niveau de l' histoire si bien documentée que par la qualité de ton écriture. Du vrai bonbon qui m'a tenu en haleine jusqu’à la fin. La fin d ailleurs qui m'a déchirée... mais pouvait il s' attendre à autre chose tôt ou tard? Bref je le recommande à tout le monde et il n est pas encore sorti de ma tête.

​Merci Hélène Clément (avril 2019)

A4F3FCFE-FB93-41E8-A867-41BC7D372994_1_1

J'ai terminé de lire "Le sang des cailloux". Je répète ce que j'ai écris précédemment. Belle écriture avec beaucoup de métaphores, j'aime la description des lieux et événements, personnages bien définis, une recherche qui a dû demander plusieurs heures. La fin est inattendue. Bravo! Je comprend que tu aies gagné le prix du jury. Bientôt je vais commencer "Les oubliés de Dieu".

Jean pierre Roy 12/07/2021

Bonjour

Je remarque que vos romans comportent toujours des personnages féminins fort.

« Les oubliés de dieu » nous permet de voyager dans des lieux inconnus, inédits : j’adore.

Lisette Beauchemin 19/6/2021 

AURÉLIE ROY "LIFE IN QUÉBEC MAGAZINE"

 

UNE HISTOIRE POIGNANTE 

" Le Sang des cailloux", le second roman de l’écrivain montréalais Pierre Laflamme, évoque l’influence de l’islam sur la vie contemporaine. À travers une démarche d’écriture qui témoigne d’une recherche méticuleuse sur le sujet, Laflamme écrit un roman très évocateur dans lequel il met en évidence les influences qui peuvent amener certains jeunes gens à rejoindre le mouvement djihadiste. Le roman se déroule sur 7 ans, l’action se passant sur plusieurs continents, du Caire à Montréal et de Barcelone à Tel-Aviv. Le Sang des cailloux, bien qu’il traite de sujets aussi sérieux que le terrorisme, la religion et la mort, est d’abord et avant tout une histoire d’amour mettant en scène un jeune homme impressionnable, Faysal, et son amoureuse féministe Fadilah. Au début, Faysal subit l’influence d’un imam autoproclamé qui s’efforce de l’entraîner dans un parcours autodestructeur. Mais, lorsqu’il rencontre l’indépendante Fadilah et en tombe amoureux, il opte pour une version de sa religion qui soit compatible avec la vie d’un homme moderne. Dans ce roman, Laflamme fait part de ses vastes connaissances de la culture islamique, tout en racontant une histoire poignante qui montre comment l’amour devrait l’emporter sur une idéologie radicale. »

JEAN PAUL ROBERT AUTEUR

Ce roman tisse sa toile au cœur des événements qui déchirent le monde : attentats de Barcelone, guerre de Syrie, printemps arabes et manifestations du Caire.
Dans un style fluide et agréable à lire, l'auteur entrecroise habilement un trafic international d'influence, le trafic d'armes auquel il aboutit et une affaire de radicalisation qui sera entravée par un amour naissant. Le tout au coeur d'une société travaillée en profondeur par des traditions encore pesantes, des tensions religieuses extrêmes, et des frustrations multiples. 
La complexité du thème ne pèse en rien sur la facilité de lecture. Les situations et l'état d'esprit des personnages sont décrits avec beaucoup de réalisme.
L'auteur s'est également documenté avec beaucoup de sérieux sur les lieux qu'il décrit, notamment pour Le Caire (qu'il a visité) et sur les fondements religieux qui conduisent aux excès qu'il décrit.
Un bel ouvrage, peut-être difficile à trouver en France (sauf téléchargement), et c'est bien regrettable.

(Maintenant disponible partout en version imprimée Via Amazon )

ELLEN VAILLANCOURT AUTEURE  

 

​Un livre d’actualité « Islam » que j’ai eu peur de lire! Peur des atrocités, que l’auteur, Pierre Laflamme se laisse aller à la haine, mais aussi de tomber dans une histoire prévisible! Mais non! J’en ressors grandi avec ma foi en l’humanité intacte et même de l’espoir!

Vous lirez une histoire d’amour entre deux jeunes, mais aussi la fine ligne entre l’islam d’amour, de compassion et le fanatisme pur et dur. Mêlés à tout ça, des gouvernements véreux, des associations qui ont les bras trop longs et vous avez là UN THRILLER QUI VOUS FERA TOURNER LES PAGES ! Une histoire palpitante qui par moment est difficile à lire tellement que cela a bouleversé mon petit moi intérieur, mais qui reflète et explique aussi la triste réalité.

Mon seul bémol : Un livre un peu technique, beaucoup de termes et de mots en arabe qui sont expliqués. Il y a visiblement beaucoup de recherche derrière ce livre, mon petit moi aurait préféré quelque chose de romancé… pour ne pas voir la réalité… UNE LECTURE FASCINANTE !​​

http://ellenchroniques.blogspot.ca/2016/10/le-sang-des-cailloux.html?spref=fb

Le temps des dérangements

Par: Montréal 157

 

Cette fiction historique de Pierre Laflamme publiée chez Marcel Broquet, c’est un roman saga d’un film sur la déportation des Acadiens racontée par des amis qui se retrouvent à devoir passer de longues heures d’inquiétude en raison d’un grave accident qui survient au tout début.  C’est ainsi que les comparses couples amis se remémorent diverses aventures de leur vie et de la vie des chers accidentés dont ils attendent des nouvelles, ce qui leur permet de bifurquer sur des épisodes moins glorieux ou même souffrants comme l’a été à l’époque le débarquement des Anglais qui ont expulsé les descendants des Français de leur terre pour les envoyer dans d’autres colonies et installer leurs propres compagnons sur leurs propriétés en bord de mer.

​C’est comme si le lecteur épiait leurs conversations privées sur de multiples sujets parfois très personnels ou intimes intercallés ici et là entre les discussions sur l’avancement des recherches pour faire un bon film historique. De nombreux bouleversements et injustices dans ces chapitres. Des petites histoires dans les grandes ; entre autres, les religions, les malheurs des femmes qui sont tenus sous silence…

​La saga se termine par un appendice sur l’histoire de la Déportation des Acadiens.

B3A71487-32CB-4525-A03B-B327FC0684B2.png